• - Nouvelles de la rentrée à l’ESPE de Créteil

    Quelques nouvelles de la rentrée à l’ESPE de Créteil, vu des sites et des personnels de l’ancien IUFM

    -       L’administratrice provisoire, Brigitte Marin, PU lettres (de l’IUFM), a été nommée le 6 septembre.

    -        5 personnes de l’IUFM n’ont pas souhaité intégrer l’ESPE et ont sollicité des rattachements à d’autres composantes (UFR de l’UPEC ou de l’UPEMLV). Dans un cas, la composante sollicitée a refusé, pour les autres les négociations sont en cours.

    La position de l’administratrice est de ne pas aller contre la volonté du personnel en question bien entendu (malgré les formulations inexactes d’une lettre de la DRH de l’UPEC). Les personnels de l’IUFM ayant vocation à intégrer l’ESPE, sous réserve de leur accord, l’enjeu est que le potentiel de formation de l’ESPE ne soit pas amputé au final, bref, que les composantes accueillant un personnel de l’ancien IUFM transfèrent un support de poste équivalent à l’ESPE (l’IUFM ayant perdu 130 postes en 5 ans, il est à l’os… d’autant que les effectifs remontent)

    - Dans le premier degré, les effectifs ont déjà fortement augmenté par rapport à l’année dernière, ce qui était attendu. Au 11 septembre (cela peut croître encore) :

    -          en M1 (ou AEU 1) 631 présents sur les 4 sites (450 l’année dernière à la même date)

    -          en M2 : 568

    Total, presque 1200.

    (pas de chiffres pour le second degré, mais les effectifs augmentent aussi – facile vu l’étiage atteint l’année dernière…)

    - La rentrée est cependant très difficile.

    Notamment en raison de la multiplication des cas de figure à prévoir,  autant de calendriers en fonction des différents types de stage . En M2, il y a les cas des admissibles

    -          en stage massé, deux calendriers sont prévus (les uns d’octobre à novembre), les autres à partir de février. Pour ceux partant en stage massé début octobre, il a fallu placer toute une série d’enseignements au préalable, dont les heures d’initiation à la recherche.  Les étudiants en stage massé viennent surtout des autres académies.

    -           En stage filé (plutôt des étudiants de l’académie).

    -          Refusant le stage à tiers-temps

    Il y a aussi la formation à distance, la VAP…

    Les emplois du temps sont un casse tête

    La rentrée est vécue diversement selon les centres. Pour beaucoup, sensation de  fatigue déjà,  beaucoup de formations à mettre en place. Frustration et désarroi en raison du faible nombre d’heures de formation dans des disciplines optionnelles au concours. Sur le site de Melun, impression de retour à une situation déjà connue avec la formation en alternance, liens avec le rectorat. En fonction des effectifs définitifs d’étudiants, il faudra peut-être recruter des chargés de cours (des postes ont été supprimés l’année dernière). A Livry, des inquiétudes, sur le statut des personnels, les conséquences de l’intégration à l’ESPE, un possible déménagement du site. Les formations du site du second degré ont, elles, déjà déménagé sur le site du premier degré de Bonneuil (tensions sur la gestion des salles), la direction est en cours de déménagement, des incertitudes sur la répartition des responsabilités à l’avenir pour le second degré. Inquiétude des PRAG/PRCE (« autres enseignants ») d’être proportionnellement très mal représentés dans le futur conseil d’ESPE.

    -                     Un point d’interrogation  d’intérêt national sans doute: la situation des lauréats des concours déjà titulaires d’un M2. Le ministère semble avoir dit qu’ils devraient s’insérer dans l’ESPE, pour 20 à 30 ECTS correspondant au stage et au mémoire de recherche, ce qui correspond bien à la spécificité de la formation à l’enseignement.

    Mais dans quel cadre délivrer ces 20 à 30 ECTS puisqu’ils ont déjà un master ? Sous quel régime d’inscription ?

    -          Cas de la Validation des Acquis Professionnels : mise en place avec le service FC de l’UPEC, sur un cycle d’un peu plus d’un an (de la Toussaint à la fin de l’année suivante), formation pendant les congés scolaires. 4 groupes en 2012-2013. La validation des acquis est collective. Certains enseignants, en fonction de leur profil, sont dispensés de certaines UE, de la première année notamment. Les enseignants formateurs et les certifiés ASH ont davantage de dispenses.

    Accord « oral » de la direction de l’IUFM avec le rectorat pour intégrer cette FC au DIF, mais où sont passés les crédits du DIF ? Rectorat ne finance pas cette VAP (environ 600 euros par personne).

    -          D’une façon générale, rectrice assez offensive à l’égard de l’ESPE, remarques sur la gestion des finances à l’UPEC (qui pourtant n’est pas en déficit), le supposé surencadrement à l’IUFM (prb de méthode de calcul l’année dernière qui nous a valu encore quelques suppressions de postes), sur les déménagements à effectuer en s’appuyant sur le schéma directeur immobilier de l’UPEC diffusé l’année passée, etc.

    Nous mettons en place des réunions syndicales ouvertes à tous de présentation du « maquis institutionnel » universitaire et de ce que nous savons pour lors des ESPE, ce qui laisse beaucoup de questions ouvertes.

    Première réunion le 23 septembre à Livry.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :